Des ruches au cœur de la ville

A quelques centaines de mètres de la mosquée Ibnou Massaoud, à Forest, une petite boutique qui ne paye pas de mine et qui pourrait bien passer inaperçue sauf des fins connaisseurs. Sise au 9, rue de Fierlant, le magasin de Hafid Jouhri est une véritable caverne d’Ali Baba tant les trésors qu’il recèle sont nombreux : du miel sous toutes les formes…


Hafid Jouhri dans sa boutique située 9, rue de Fierlant

Hafid Jouhri est travailleur social, employé par la commune de Forest, il allie parfaitement ses deux passions : les abeilles et l’accompagnement des jeunes. « Je suis travailleur social à la base, mon métier c’est d’accompagner les jeunes dans des activités structurelles qui tournent notamment autour de l’environnement » raconte l’apiculteur. Il y a 9 ans, alors qu’il se trouve au potager Wiels, il découvre une ruche installée par un particulier. « Tout de suite, j’ai été attiré. Mais je voyais bien que le bonhomme avait la mine déconfite. En le questionnant, j’apprends que la ruche a été saccagée… Je connais bien les jeunes qui « trainent » au potager, des jeunes qui sont en totale opposition. En discutant avec eux, je leur explique le rôle de la ruche, des abeilles… Des abeilles qui sont d’ailleurs évoquées dans le Coran… Je touche un point sensible et aiguise leur curiosité. Ils acceptent de rencontrer le monsieur et d’aller à la découverte de ce monde incroyable des abeilles » se souvient Hafid. Les jeunes sont attirés et écoutent attentivement les explications de l’apiculteur mais ils ne sont pas les seuls, Hafid Jouhri boit littéralement ses paroles. Il décide de se former au métier d’apiculteur et propose cette formation aux jeunes et moins jeunes : « Dans le cadre de mon métier de travailleur social, je propose aux jeunes de participer à l’ensemble du processus : de la fabrication de la ruche à la mise en pot ! » explique le travailleur social. L’apiculteur travaille avec l’asbl convivial, qui initie les jeunes au métier de menuisier. L’asbl se charge de la construction de la ruche. Et depuis près de 10 ans, Hafid a installé une dizaine de ruches sur Bruxelles. Son asbl Api Bee propose également des initiations et des visites de la ruche aux écoles, aux asbl mais aussi aux particuliers.


L’asbl Api Bee propose des initiations et visites de la ruche

Le miel, ce précieux nectar

Les vertus du miel sont connues depuis la nuit des temps. Et pourtant, ce précieux nectar n’est pas prisé pour ses vertus médicinales mais souvent pour sa gourmandise sucrée. « Un miel se compose grosso modo de 78% de sucres (saccharose, fructose,…), 2% d’antibiotiques, 18% d’eau et 2% de divers ( pollen,…). Si vous souhaitez profiter des 2% d’antibiotiques, il ne faut pas chauffer le miel auquel cas les vertus médicinales disparaissent au contact de la chaleur. Le mieux est de manger son miel à la cuillère et ensuite de boire sa tisane par exemple, ou alors, et c’est une tradition prophétique, dans de l’eau tiède mais jamais chaude » révèle Hafid. Par ailleurs, le miel se bonifie au contact d’autres produits. « Le miel et le citron par exemple, si vous souhaitez une boisson énergisante, une cuillère à soupe de miel, le jus d’un demi citron et de l’eau tiède, le miel devient un antioxydant, une sorte d’antivieillissement au contact de la cannelle, ou encore allié à l’ail ! » confie l’apiculteur qui ajoute « Le miel peut aussi être utilisé en cataplasme : le miel sur la peau après une brûlure, c’est très efficace, en 10 secondes, vous ne ressentez plus la douleur, je vous parle d’expérience, contre l’acné aussi. Le miel de châtaignier et de thym sont les plus cicatrisants, tous les miels sont bons pour les voies respiratoires, pour les voies digestives. Même les diabétiques peuvent consommer du miel mais on les orientera vers les miels d’acacia ou de châtaignier car plus riches en fructose ».


Pour une cuillère à café de miel, l’abeille va accomplir 5000 voyages!

L’abeille dans le Coran, un miracle

Dans la sourate « les abeilles », les versets 68 et 69 ont été étudiés de près par Hafid Jouhri. « Ils contiennent deux miracles à mon sens. Dans le premier verset Allah s’adresse à l’abeille, dans la traduction en français, on ne peut pas déceler la justesse du propos car en arabe Allah s’adresse à l’abeille en utilisant le pronom féminin. Alors que l’on a découvert que l’abeille était une femelle seulement au 19 siècle…Dans le second verset, Allah parle des ventres de l’abeille… » analyse l’apiculteur. En effet, l’abdomen ou ventre de l’abeille est divisé en 6-7 segments selon la fonction de l’abeille. De même, la forme hexagonale est la meilleure forme possible pour stocker le miel nous apprend l’apiculteur. « Les scientifiques expliquent que s’ils avaient à choisir la meilleure forme pour stocker le miel, la forme hexagonale est la meilleure car elle permet à la fois de stocker plus et elle empêche également de s’affaisser parce que le miel est lourd ».

Une micro-société

Les abeilles ont leur propre moyen de communication, elles se reconnaissent également et peuvent aussi remplacer une reine qui n’est pas performante. « Elles nous apprennent beaucoup : l’esprit de fraternité, de solidarité, le partage, elles travaillent pour la colonie jusqu’à la mort. Une abeille à 800 km au compteur ! Elles évoluent avec l’âge et changent de poste (nourrice, butineuse,…). Pour une cuillère à café de miel, l’abeille va accomplir 5000 voyages ! Et pour un pot, elle devra parcourir la distance de la terre ! Elles sont en quelque sorte nos sentinelles, quand les abeilles vont mal, c’est que ça va mal… » conclut Hafid.

Notes

Hafid Jouhri
Api Bee
9, rue de Fierlant
1090 Forest