Le Coran, une lecture du cœur

Chaque semaine, retrouvez notre rubrique littéraire! L’objectif, vous partagez nos coups de cœur littérature. En ce mois de Ramadan, une seule lecture s’impose: Le Coran. 

En cette période du mois béni, il m’a été demandé d’axer ma rubrique sur le Ramadan. Mes recherches sur le Net, en vue de dénicher LA perle à vous présenter, se sont très vite avérées infructueuses. En effet, je n’avais pas pour ambition de présenter un livre classique sur le sujet, comme il y en a tant, exposant les mérites du jeûne ou encore rappelant les versets qui le prescrivent… C’est alors que ma vision s’éclaircit… Quel autre livre serait plus indiqué, en cette période, que le Coran lui-même ? Parler du Coran … voilà qui est à la hauteur de mes ambitions !  Très vite, la réalité me rattrapa… c’était moi qui n’étais pas à sa hauteur ! Je ne suis ni savante, ni spécialiste. Je n’ai malheureusement pas les connaissances pour m’atteler au Chef-d’œuvre… A moins que… je décide d’en parler avec le cœur.

Première page, la Fatiha

Sa place dans le Coran n’est pas un hasard.

Lorsqu’on lit un ouvrage, on s’attarde d’abord sur l’introduction qui nous révèle les grandes lignes, les idées principales. Dans le même esprit en ce qui concerne le Coran, c’est la Fatiha qui joue ce rôle d’introduction. Elle porte d’ailleurs bien son nom : l’ouverture, le prologue. Tel un prologue, elle est un avant-propos du Livre Saint. Elle est annonciatrice de son contenu et nous dévoile les thèmes abordés, à savoir

le dogme (v.2   Louange à Allah, Seigneur de l’univers)

le juridique (v.5  C’est Toi [Seul] que nous adorons (…))

et enfin l’au-delà (v.4  Maître du Jour de la rétribution).

Première étape de franchie : nous avons une idée de ce qu’Il contient. Mais une question me taraude tout de même. Comment l’aborder, comment le comprendre et surtout quelle lecture peut-on en faire ?

Les différentes lectures

A mon sens, deux niveaux de lecture se juxtaposent.

Tout d’abord, une lecture plutôt intellectuelle qui fait appel à la dimension du savoir. Le Coran s’inscrit dans une histoire de 23 années. On ne peut en comprendre la substance qu’à la lumière du contexte historique, social et politique de l’époque. Aussi, pour l’appréhender, nous sommes amenés à étudier les sciences du Coran telles que les causes de la révélation, les différences entre sourates médinoises et mecquoises, … Et enfin, nous ne pouvons savourer la finesse du langage et apprécier la justesse des mots qu’en passant par la langue arabe. Bien entendu, cet apprentissage constitue le travail d’une vie… de notre vie. N’est-ce pas là, le message véhiculé par Iqra, le premier mot à avoir été révélé ? Voilà donc ce qui nous est demandé : mettre notre intelligence au service du texte pour en déceler les secrets.

Une autre lecture retient mon attention… Celle-ci ne demande pas de prérequis, pas de science particulière, juste la sincérité. La lecture du cœur. C’est elle qui emplit vos yeux de larmes à la lecture d’un verset. C’est elle qui vous fait frissonner quand vous lisez un passage qui semble avoir été taillé pour vous, tant vous le vivez. C’est encore par elle que vous ressentez la proximité de Dieu quand vous lisez : « Et quand Mes serviteurs t’interrogent sur Moi… alors Je suis tout proche : Je réponds à l’appel de celui qui Me prie quand il Me prie.(…)» sourate 2, verset 186. Mais c’est la lecture intellectuelle qui mettra en évidence, dans ce verset, un aspect invisible à la lecture du cœur. Dans le Coran, les versets commençant par un questionnement, suivent le schéma suivant : « Ils t’interrogent sur… » – « Dis : … ».Le verset qui nous concerne ne répond pas à cette construction. Le mot « Dis » n’a pas été utilisé. Et cela s’explique par le fait qu’il n’y a pas d’intermédiaire entre Allah et son serviteur. Cette lecture confère une saveur particulière au verset… Voilà la preuve qu’il nous faut donc user des deux niveaux de lecture, celui de l’intellect et du cœur, pour entrer en relation avec Dieu et apprécier la moindre virgule de Son Livre.

Que Le Très Haut nous facilite l’accès au savoir pour nourrir notre intellect.

Qu’Il nous imprègne de sincérité pour alimenter notre cœur.

Puisse ce mois nous rapprocher davantage de Lui à travers Son Livre.

                                                                                                                                    L.M