Une rentrée qui s’annonce mouvementée pour l’Athénée royal Serge Creuz à Molenbeek

Coup de gueule d’un professeur de l’Athénée Serge Creuz à Molenbeek, à bout et éreinté par une rentrée scolaire 2019-2020 « mise en attente ». L’Athénée Serge Creuz, fait à nouveau parler d’elle, la scission décidée depuis juillet 2018 se déroule d’une manière désorganisée. Dissensions et « marketing » au cœur de la WBE, Wallonie Bruxelles Enseignement.

« Serge Creuz, fournisseur d’amateurisme », une phrase qui peut interloquer voire choquer certaines personnes mais c’est le ressenti d’un professeur à bout qui, aujourd’hui, a décidé de délivrer les dessous d’un système en perdition. La Meuse, La Libre Belgique, BX1.be, ou encore la RTBF, autant de médias pour parler encore et encore de cette « gérance chaotique »  qui perdure depuis plusieurs années. Le professeur, en poste depuis plus de 20 ans, nous confie son ressenti : « Une scission, acceptée par dépit, une nouvelle gérance aussi acceptée à la rentrée prochaine mais la question qui se pose, encore aujourd’hui  est : pourquoi au 22 juin 2019 règne t-il le flou total ? Tous les membres du personnel subissent l’ingérence des acteurs responsables de cette scission ».

Vers une diminution des inscriptions? 

Il développe en dénonçant le manque d’implication des dirigeants: « Effectivement, cela fait des années que l’on prévoit une scission, elle sera effective en septembre 2019 mais qui a été gérée d’une manière dilettante… Il y a une chronologie à respecter, ce qui n’a pas été le cas. Les conséquences sont dramatiques et minimisées : cela présage une diminution d’inscriptions qui, fatalement, engendrera des pertes d’emplois. On joue avec l’avenir des gens… tant celui des élèves que des professeurs. Sachant que c’est le chao dans une école, quel parent voudrait inscrire son enfant ? Notez aussi, qu’à l’heure actuelle on ne sait toujours pas qui sera dans la 2èmeécole », ajoute dépité le professeur.

La rentrée est à nos portes et les constats sont plutôt alarmants. Voici quelques points, parmi une liste non exhaustive, émanant d’une lettre ouverte à la ministre de l’Education en Fédération Wallonie-Bruxelles Marie-Martine Schyns, en date du 17 mai 2019: « des organisations syndicales sans le moindre calendrier, des promesses non tenues quant à l’affectation des membres du personnel, pas de préfet pour l’entité 2, pas de secrétaire, pas de chefs d’ateliers et pas de comptables dans les nouvelles entités, aucune répartition équitable du matériel et des finances et avant tout le non respect du Pacte d’Excellence imposé par le Cabinet CDH concernant la gestion de cette scission », résume le professeur.

Une assemblée générale est prévue le vendredi 28 juin 2019, dernier jour de l’année scolaire et devrait clôturer les débats. Une assemblée générale attendue par les membres du personnel de l’Athénée Serge Creuz avec l’espoir de réponses concrètes. Une rentrée 2019-2020 appréhendée par tout le corps professoral, ils sont unanimes pour dire que cette prochaine rentrée s’annonce comme une rentrée chaotique. Le professeur interrogé ira même plus loin : « vous savez pourquoi chaotique ? Car une rentrée se prépare en juin, on ne peut pas imaginer une année toute entière sur de l’improvisation… Une bonne année académique se base, se repose, se consolide par une rentrée préparée! Les parents nous confient leurs enfants, nous font confiance, il semblerait que la désorganisation et le laisser-aller des dirigeants l’aient oublié. »

  N.B.